Les marques slow fashion #3 : Printemps piquant

Les marques slow fashion reviennent pour un troisième volet. Et au menu, c’est printemps piquant ! (D’où l’allusion subtile au titre avec les cactus… Voilààà)

printemps piquant

Cette sélection « printemps piquant » regroupe un peu tous mes basiques préférés : le pull de mec ample sur robe à pois, les bijoux graphiques et le combo tissu ethnique/classique. Et évidemment, c’est mieux si ça vient de marques éthiques.

C’est parti ! Continue reading

La tenue de rentrée slow fashion

C’est la rentrée. Voilà, c’est lâché. Et en fait, c’est pas si grave.  Ce n’est « que » la rentrée. Pour être tout à fait honnête, je n’ai jamais trop compris ce complot séculaire contre le mois de septembre. Et ai décidé d’en prendre le contre-pied avec cette tenue de rentrée slow fashion 🙂

Parce que perso, le mois de septembre chez moi ressemblait généralement aux mois de juillet et d’août : il pleut. Parfois, tu sauves un jour de soleil, voire deux-trois, tu mets la piscine gonflable dans le jardin et yallah, tu essaies d’imaginer les plages qu’on te survend à l’heure du JT ou dans les magazines plein de tests à faire à la plage avec tes copines. Sauf qu’en vrai, l’été, t’as souvent plein d’autres trucs à faire que de savoir si tu es plutôt « langouste ou oursin » sur le sable brûlant...(tenté soit-il que la réponse nous intéresse vraiment). En vrac : tu bosses, tu prends le temps de faire ce que tu repousses depuis des mois, tu mets des sous de côté pour tes études, tu repeins le salon, tu fais des cahiers de vacances, tu essaies pour la première fois de ta vie l’autobronzant pour avoir l’air moins blafarde à la rentrée et tu finis orange, tout ça tout ça. Continue reading

DIY : Transformer son tee-shirt en 12 coups de ciseaux

C’est encore l‘été, il fait beau, il fait chaud, certes. Mais c’est déjà le moment charnier où on a un peu la tête dans la rentrée. Le remède ? Ce DIY pour transformer son tee-shirt, histoire de prolonger les vacances.

Sortez ciseaux et vieux tee-shirts (celui en coton gris chiné que tu utilisais pour le sport, le rouge glâné le long du tour de France, celui offert quand t’as gagné le concours de karaoké de la plage ou le festival de cerf-volant de Balouche-les-bains, bref ce tee-shirt sympa mais immettable qui traîne au fond de ton placard)

Transformer son vieux tee-shirt, c’est la base de l’ultra-base du tuto couture. Parce qu’en réalité, il n’y a pas un coup d’aiguille et il suffit de couper.

Ca a l’air enfantin dit comme ça mais qui n’a jamais voulu ressembler à une festivalière stylée de Coachella et s’est retrouvé en deux coups de ciseaux dans un genre de marcel innommable ?

Et quand, au terme de fastidieux coups de ciseaux tu ressembles à Zézette du Père Noël est une ordure devant ta glace, Coachella semble loin, très loin. Le soleil, la plage et le sable qui chatouillent les orteils aussi. Et l’effet « cool, un tuto sympa pour être fière d’arborer ses créations » prend un sérieux coup dans l’aile.

Continue reading

DIY : Tuto couture #1 – Le méga foulard ethnique

Tuto couture #1-1

Voilà, ça fait officiellement six mois (ensuite, j’ai arrêté de compter) que je vous fais languir d’un suspense (évidemment) insoutenable à propos du tuto de cette fameuse maxi-jupe birmane.

(Quelqu’un s’en souvient dans la salle ? Non, ah. Ben oui, c’est normal. Entre temps, vous avez eu le temps de faire un élevage de lentilles plantées dans du coton, de vous raser la moitié de la tête telle une Rihanna en délire et de voir vos cheveux repousser et d’entamer une retraite spirituelle appelée hibernation annuelle. )

Comme j’aime le rappeler « Mieux vaut tard que jamais » et donc début mars est un timing parfait pour reprendre les activités de ce blog, tranquillou Milou, comme si de rien n’était.

Ah, le mois de mars, ses giboulées, ses litres d’eau qui s’écrasent sur nos doux minois voire ses matins passés à gratter le gel sur les voitures.

Au milieu de tout ça, la maxi-jupe birmane va passer crème. CRE-ME. Continue reading

1, 2, 3 paires = 6 chaussures

En général, au rayon chaussures, je passe mon tour. Tout simplement parce que je sais déjà ce que je veux avant même de commencer à chercher. Aka autopsie d’un échec annoncé.

Et surtout parce que transformer mes orteils en steack pour la beauté de la chose, c’est même pas la peine d’y penser.

Nan parce que les talons de douze ou les sandalettes artistiques qu’on met trois plombes à nouer, c’est sympa dans la fausse vie. Ouais, celle où on se fait un brushing le matin (HUM) et où on va aux toilettes pour se repoudrer le nez (malheureusement les vessies de chameau ne s’achètent pas sur Internet, désespoooooooir). Bref, il y a donc un critère qui prévaut sur beaucoup d’autres : le confort ! Continue reading