Le déodorant le plus efficace de la stratosphère

Il faut bien le dire, au tribunal des produits de beauté, le déo c’est un peu le Jacques Mesrine de la bande.

Avec ses gaz propulseurs quand il est en spray, ses sels d’aluminium qu’on ne présente plus voire son odeur de brise marine (déodorant/désodorisant, même combat) quand il est mal choisi, on le voit déjà en train de répondre à l’interrogatoire, toutes lampes braquées sur lui. Devant l’accusé défilent les photos de traces jaunes sur les bords de manches de tee-shirts et de chemisiers, des traces blanches sur le pull quand on l’enfile trop vite et d’accusations encore bien plus graves ( je tairai les détails de cette affaire mais ça parle d’odeurs peu ragoûtantes dans le métro une fois les premiers rayons de soleil venus. Un peu comme quand vous laviez pas votre Sim (réflexion des années 90’s)).

Fébrile, le déo ne pipe mot. En face de lui, on hurle : « Pourquoi es-tu si méchaaaaaaant ? ». Franchement, cessons ce moment de cruauté, le déo ne répondra jamais. Mais la conclusion est la suivante : vous venez de recevoir une balise de détresse de vos aisselles qui aspirent à plus de naturel. Continue reading